La semaine des 4 jeudis

31.01.16

...et jusqu'au dernier !

voeux

En ce dernier jour de janvier, et jusqu'au dernier de l'année, nous vous souhaitons de conjuguer ces verbes, sans modération !

Posté par les 4 jeudis à 06:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

26.12.15

Se tenir chaud les uns contre les autres.....

 

 

20151224_195421

20151224_202014

20151224_201653

20151224_214040

 

 

 

 

 

 

 

 

20151224_201915

20151225_125616

20151224_213940

20151225_145623

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 "Comme sur la palette d'un peintre, il n'y a dans notre vie qu'une seule couleur qui donne un sens à la vie et à l'art, la couleur de l'amour."

Marc Chagall.

 

 

 

 

.....

Posté par les 4 jeudis à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Et Chagall fit chanter le bleu.....

 

 Il dort
Il est éveillé
Tout à coup, il peint
Il prend une église et peint avec l'église
Il prend une vache et peint avec une vache
Avec une sardine
Avec des têtes, des mains, des couteaux…

Blaise Cendrars : portrait de Chagall

 Afficher l'image d'origine

Paris entre deux rives

 

 

Tous ensemble, le 24 décembre, 4 générations confondues, de 2 à 88 ans, nous avons vu l'expo qu'il nous fallait voir à la "Piscine" de Roubaix: " Marc Chagall, les sources de la musique".


  Une "feel good expo", une exposition pleine de couleurs, de spiritualité, de liberté, de tendresse et de gaieté.

 


 

On nous dit que pour Marc Chagall, de culture hassidique, l'exaltation de l'âme passe par la prière, la musique et la danse. Pendant toute sa vie, il restera fidèle à son enfance à Vitebsk en Bielorussie, aux rites qui l'ont construit et à sa famille de musiciens juifs. Ses tableaux reprennent souvent les mêmes symboles que les plus jeunes ont adoré reconnaître d'une toile à l'autre, le violoniste, la mariée, la chèvre, le coq, le cheval, le boeuf, le rabbin, le christ. Si ses symboles sont comme des notes sur la partition de la toile, ce sont les couleurs qui chantent entre elles, des plus sombres aux plus vives, et, le trait qui rythme la mélodie avec une infinie liberté donnant une peinture foisonnante et très émotionnelle.

 

 

 

 

20151224_162557

Presque un Bonnard......

 

 

Afficher l'image d'origine 

Homme-coq au dessus des toits de Vitebsk

 

 

 

Afficher l'image d'origine

Bella avec un livre et un vase

 

 

Afficher l'image d'origine

La fiancée au visage bleu

 

 

Afficher l'image d'origine

L'homme à la tête renversée

 

 

Afficher l'image d'origine

Seul " La chute de l’ange" nous rappelle les tourments qu'a subi l'Europe durant la deuxième partie du XXème siècle. Et là la partition se fait plus grave, les symboles vacillent.... un homme tente de sauver la torah.

 

 

 

 

 

 

 

Une des plus belles et des plus riches exposition de l'année 2015 que la fraîcheur de l'oeil de l'enfant comprend parfois mieux que l'adulte.

 

"Comme sur la palette d'un peintre, il n'y a dans notre vie qu'une seule couleur qui donne un sens à la vie et à l'art, la couleur de l'amour."

Marc Chagall.

 

 

 

 

#je dis

 

Posté par les 4 jeudis à 15:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

22.12.15

Bonnets blancs et blancs bonnets

 

 

Ultra facile, des restes de laines, en simple,  en double, en triple, aiguilles n°7, 60 mailles, et, selon votre fantaisie, côtes, point de riz,  jersey, torsades etc....Quand le bonnet est assez haut (20 à 25 cms), on tricote les mailles 2 par 2 sur 3 rangs, on fait coulisser le fil dans les mailles restantes et on serre. Une couture pour le fermer et en 2 heures, on a super chaud aux oreilles! Le plus difficile est de se décider sur le pompon.

 

 

 

DSC08083

 

 

....

Posté par les 4 jeudis à 23:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

11.12.15

Joie de vivre

 

 

« Partout où il y a joie il y a création : plus riche est la création plus profonde est la joie. »

Henri Bergson, L’Energie spirituelle

Exposition salutaire au musée des Beaux Arts de Lille, explorer dans la peinture, la sculpture, la photo, la représentation de ce qui jaillit en des instants fugaces, la joie de vivre, le simple bonheur d'exister, en quelque sorte, explorer un art de la joie.

Accueillis  par une nana jaune de Nikki de Saint Phalle, bras ouverts, jambe levée, géante plantureuse et colorée qui ne nous étonne plus, tant cette représentation de la joie nous est devenue familière, nous sommes invités à nous asseoir devant un montage de morceaux de films et de comédies musicales exacerbant l'exultation du mouvement.

Afficher l'image d'origine

Il est difficile de circonscrire, de définir ou de faire passer ce sentiment de joie de vivre. Certains choisissent de l'exprimer par des couleurs primaires, d'autres par la représentation de moments partagés, ou d' une satisfaction du désir, d'autres, encore, par  des symboles universels comme le soleil de néons de Mark Handforth qui ouvre l'exposition.

Afficher l'image d'origine

Soleil source de bien être pour le corps qui fait chanter les couleurs et relie l'être à son environnement. Il y a 2 manières de rendre la joie, une manière figurative où le moment de bonheur est replacé dans son histoire

 

20151202_153012

Enfants dessinant de J F Verhas

 

Afficher l'image d'origine

Repas de noces à Yport de A. Fourie

 

et la captation de cette émotion par le jeu des lignes et des couleurs.

 

20151202_151808

La baigneuse rouge de Raoul Dufy

 

20151202_154557

Femme couchée de P. Picasso

 

L'enfance et la jeunesse sont largement représentées dans leur capacité à la spontaneité du bonheur.

Façon graffiti chez Dubuffet

 

20151202_152638

La joie de vivre avec petit sauteur au milieu de J. Dubuffet

 

et dans cette sublime simplicité d'une enfant s'appretant à jouer

Afficher l'image d'origine

La fillette au volant de Chardin

 

Mais c'est le lien, "ce qui nous relie", qui procure en priorité cette joie de vivre,

 

une communion entre soi et la nature, par exemple, un jour de relâche, couché dans un pré, "sous le soleil exactement", ou, plus psychédélique les Beatles courant dans un champs de fraises

 

Afficher l'image d'origine

 Jour de fête de N. Kousnetzov

 

Afficher l'image d'origine

Strawberry field de Guy Pellaert

 

les liens de l'amitié personnifiés par 2 jeunes filles enroulées dans les plis et drapés de leurs robes

 

Afficher l'image d'origine

Chasseriau

 

la douceur des liens familiaux en couleurs lumineuses et douces et en lignes arrondies

 

Afficher l'image d'origine

Gabrielle et Jean de Renoir

 

20151202_152010

Soir de septembre de Maurice Denis

 

et aussi, ce qui nous relie simplement les uns aux autres dans une même société, les fêtes, les cérémonies où chacun a son rôle et sa spécificité mais fait, avant tout, partie d'un groupe capté par le peintre ou le photographe,

 

20151202_153927

Le bal des quat'zarts descendant les champs elysées de J.ARochegrasse

 

Afficher l'image d'origine

La danse de noces de Brueghel l'ancien

 

Afficher l'image d'origine 

Le banquet d'Isabelle Arthuis

 

ou simplement des manifestations communes et qui nous lient comme le rire.

 

Avec la Vache qui rit

On the origin of species by means of natural selection or the preservation of favoured races in the struggle for life de Wim Delvoye

 

 

Afficher l'image d'origine

 

 

20151202_154131

Le triomphe de Silène de G. Van Honthorst

 

 

Reste l'exultation du corps, le bonheur de la sensualité amoureuse, l'extase qui sont restées, nous semble t'il, un peu timides et souvent pas tellement joyeuses

Afficher l'image d'origine

Deux femmes courant sur la plage de Picasso

 

Afficher l'image d'origine

Leda et le cygne de Véronèse

 

"La joie de vivre n'est pas la béatitude, ni la sagesse et n'en a que faire. C'est la joie la plus simple, la plus pure, la plus aérienne....Elle ne cherche pas à durer. Elle ne cherche rien, ni ne trouve. Elle est sans raison, sans pourquoi, sans but"

André Comte-Sponville

 

#je dis

Posté par les 4 jeudis à 07:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :



09.12.15

Reprendre la parole.....

Reprendre la parole.....pas facile. Nous avions cru qu'avoir une "petite vie" nous permettrait d'échapper au malheur, une vie discrète sans extravagances, ni flamboiement, une vie un peu grise, un peu douce. Une vie qui ressemblait à notre attitude quand le professeur cherchait à interroger un élève et qu'on ne voulait pas être choisi parce qu'on ne l'avait pas tellement apprise, la leçon.

On ne plantait pas les yeux dans les siens, on ne les évitait pas non plus on essayait d'être invisible, fondu dans le décor, petits gestes, regard droit mais un peu vague, visage lisse sans émotions apparentes, n'exprimant surtout ni crainte, ni désir. Aujourd'hui on sait que ça ne suffit pas. Ca ne suffit à personne pour échapper au malheur. Alors, on ne comprend plus. On ressent la fragilité de notre vie banale. On se resserre les uns contre les autres. On se demande pourquoi. On crie: "c'est injuste" mais personne n'a de réponses à nous donner

Alors voilà!

Posté par les 4 jeudis à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10.11.15

Timber !

Samedi soir, invitée par Emilie, j'ai eu le plaisir de découvrir Timber, du cirque québécois Alfonse.

Source: ExterneMoyenne

« Timber ! » est le cri d'alerte lancé par les bûcherons avant que l'arbre tombe.

Seconde création du Cirque Alfonse, Timber sort littéralement des sentiers battus.

Une bande de  bûcherons québécois barbus nous proposent  un spectacle qui sent bon le pin fraîchement coupé, la sueur et le sirop d'érable.

Ici, pas d'engins traditionnels de cirque, tous les accessoires acrobatiques proviennent de la ferme familiale. On jongle avec des haches, on défie les lois de l'équilibre sur des troncs, on vole au dessus de scies, mais les performances n'en sont pas moins exceptionnelles.

La musique traditionnelle bluegrass jouée en live par les artistes (banjo, harmonica, violon) rythme cette création fraîche et  joyeuse.

Ils sont en tournée, alors s'ils passent dans votre coin, allez-y de toute urgence !

 

 

#jeu10

Posté par les 4 jeudis à 10:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

02.11.15

En balade....

PARIS

 

Expo très bien faite à la petite galerie du Louvre sur les mythes fondateurs d'Hercule à Darth Vador. La muséographie est bien pensée, très pédagogique et ludique. On cherche à nous montrer la persistance du mythe dans toutes les civilisations pour répondre, d'une part, à des interrogations que l'état des connaissances ne pouvait expliquer et, d'autre part, aux questions fondamentales de la psyché humaine. L'artiste est donc un passeur d'histoires et de récits sur lesquels repose une culture.

Si nous avons beaucoup aimé, nous avons quand même trouvé l'expo un peu "courte" et nous n'avons pas compris, puisque Darth Vador était en vedette, qu'on soit passé à coté des deux héros les plus pertinents à son sujet Oedipe et Ulysse.

20151022_103654

20151022_104232

20151022_104652

20151022_105048

2015-11-04 11

20151022_110541

 

 

Nous avons traversé la seine pour rejoindre Le bon marché. 

Paris est beau par temps gris

20151022_122116-01

Nous voulions acheter une des fameuses eaux de cologne de l'Officina Profumo Farmaceutica di Santa Novella, fameuse parfumerie de Florence qui date du 14 ème siècle.  Catherine de Médicis portait d'ailleurs leur Acqua Regina. Ces eaux de cologne sont vraiment délicieuses, même si nous avons bien conscience que c'est avant tout un imaginaire que l'on nous vend, tout entier, dans le nom ou l'histoire du parfum.

L'odorat est le sens le plus évocateur et le plus troublant, qui fait remonter à la surface l'émotion d'un moment ou vous transporte ailleurs dans le temps et l'espace.  Qui d'entre nous ne s'est pas enivré de l'odeur de ses bébés, de celle d'une gomme neuve à la rentrée ou n'a pas reconnu son grand père dans une écharpe qui sent le cigare et l'Habit Rouge. Alors, porter une eau de cologne florentine, élaborée par les dominicains de Santa Maria Di Novella au 14 ème siècle, c'est déjà un peu d'une poésie mystérieuse qu'on respire......

Afficher l'image d'origine

Le jedi nous avait convié à un tea-time au plaza athénée où officie Michalak.  Le thé est servi dans la galerie qui entoure la cour intérieure. Le décor est cosy sans être compassé et la gentillesse des serveurs aide vraiment à nous sentir à l'aise. (Quelle différence avec les vendeuses des grands magasins qui vous accordent comme une grâce le fait de vous servir, sans sourire ,et avec, quelquefois, un air si hautain que c'en est presque drôle!)

Nous avons pris un mélange de mignardises, en nous doutant qu'il nous laisserait frustrées sur notre gâteau préféré. Nous avons adoré le macaron yuzu banane, la compotée de granny fenouil, le chou au caramel et beurre salé. En fait, nous nous sommes vraiment régalées. Le contraste doux/acide était particuliérement réussi. Il n'y a que la mousse au chocolat qui nous a semblé un peu classique... Compter 30euros par personne.

20151022_152936

 

 

VARANGEVILLE SUR MER

Apolline déménage à Dieppe, excellente raison pour faire un petit tour à Varangeville revoir la beauté des falaises traversée de valeuses

 

DSC01468

 

 la petite église et ses vitraux de Braque, le cimetière marin,

 

DSC01370

DSC01380

DSC01382

 

les maisons normandes entre falaise et forêt

 

20151025_090435

 

 

 

et le parc du manoir du bois des Moutiers. Un manoir art and crafts, construit par Edwin Luytens selon les principes de William Morris pour Guillaume Mallet, un manoir sobre et gris, vitré de longues fenêtres en bow window entouré d'un jardin planté par Luytens et Gertrude Jekyll.

 

20151025_104633

DSC01425

 

 

Guillaume Mallet et sa femme s'interessaient à la théosophie. Une certaine spiritualité habite,donc, les lieux, perceptible par une symétrie, par la volonté de donner un sens au cheminement, par des vues contemplatives. On passe d'un jardin à l'autre d'un bassin à un étang bordé de guneras, de clairières entre les fûts immenses des séquoias de Californie à la pénombre d'un sous bois d'érables du Japon ou de magnolias, on passe éblouis par la beauté d'une nature maîtrisée dont on ne perçoit que la puissance et la liberté.

 

DSC01411

 

DSC01452

 

DSC01447

 

DSC01456

 


« Persicaire, vous avez oublié ce parc.  Je suis certain de m’y être promené, un soir, avec vous. Il descendait jusqu’au bord de la mer… C’était, Persicaire, un vaste domaine, au crépuscule : une aube de la nuit. On n’entendait pas la mer. On traversait, si je m’y retrouve, quatre petites cours de cloître à l’italienne. Attendez, on tournait à droite… une cour de volubilis et d’héliotropes…je compte sept marches. Nous entendîmes jouer du piano. »

Jean Cocteau rappelant à André Gide un séjour au bois des Moutiers

 

Le soir diner à Dieppe à "La Cale". On pouvait voir le pont levant et les bateaux de pêche rentrer au port.

20151024_201502-01

 

Afficher l'image d'origine

Petit resto recommandable avec une bonne ambiance et un menu à 24 euros qui fut une vraie découverte gastronomique pour un prix modeste, ravioles de St Jacques au citron vert et à la coriandre, puis une aile de raie à la dieppoise et une demoiselle normande (un sablé surmonté d'une crème brûlée à la pomme et d'une meringue à l'italienne)

 

 

 

Enfin le 31, ce furent les sorcières, les fantômes, les monstres qui partirent à leur tour en balade.

  Trick or treat....

DSCF7409

DSCF7484

 

 

 

 

 

 

 

23.10.15

Oedipe, quand tu nous tiens......

 

 

 

Les Jeunes Socialistes contre attaquent

 

 

 

 

Posté par les 4 jeudis à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17.10.15

Les couvre-chefs de tante Cécile

On dit qu'on perd 30% de sa chaleur par la tête, il était donc urgent de finir mes restes de laine en imaginant des chapeaux. J'ai eu la flemme de reprendre mes aiguilles, j'ai, donc, pris un crochet.

Quelques 2 heures plus tard, satisfaite du résultat, j'allais voir mr je dis pour qu'il se félicite, une nouvelle fois, d'avoir épousé une femme aux doigts de fée. Il m'a regardée perplexe:

_" Tu me fais penser à quelqu'un mais je n'arrive plus à me souvenir....."

En moi même....  " Cate Blanchett, aux sports d'hiver? Natalie Portman à Reykjavik?

Hé bien, non, d'un coup cela fusa:

_" A ma tante Cécile de Janville, tu vois bien de qui je parle...On l'a vue au mariage d'Eric"

Oui, oui je voyais très bien tante Cécile, sa moustache, sa robe fleurie, ses bas à varices et cela ne m'a pas semblé tellement flatteur.

_"Si si je t'assure, c'était une très belle femme, considérée comme très élégante!

Bon... élégante à Janville, Eure et loir, cela relativise.

Le crochet est t-il donc tellement mémère?

Cela dit, la plage de Concarneau et les chemins creux de Varengeville. ce n'est pas la rue Cambon, tout de même et l'important c'est quand même de ne pas perdre 30% de sa chaleur!

Si vous voulez vous faire un chapeau de tante Cécile, il suffit de prendre un crochet plutôt petit pour l'épaisseur de laine, (il ne faut pas que le chapeau soit tout mou, sinon c'est un chapeau à la Gandalf que vous allez avoir!!)

http://2.bp.blogspot.com/-LrtubDabWc4/U_DUEFinNGI/AAAAAAAC1Vs/J1ZYnQjiFcU/s1600/Chapeau%2Bcloche%2B-%2BMon%2Btricot%2BM%2B108.jpg

ou

Vous montez 4 mailles chaînettes que vous doublez au 2ème rang puis *vous crochetez une maille puis 2 mailles dans la suivante* jusqu'à la fin du rang puis au 3ème rang *vous crochetez 2 mailles puis 2 mailles dans la suivante* jusqu'à la fin du rang puis 4ème rang * vous crochetez *3 mailles puis 2 mailles dans la suivante* et ainsi de suite jusqu'à ce que cela forme une calotte de la circonférence de votre tête puis continuez tout droit, ré-augmentez pour le rebord puis diminuez pour le roulottage, faites quelques fantaisies de votre cru et..... vous avez un magnifique chapeau!!!

(Bonne chance avec votre mari et vos enfants qui vont refuser que vous les attendiez à la sortie de l'école!)

 

DSC08073

DSC08072

 

 

 DSC08074

DSC08075

 

 #je dis

Posté par les 4 jeudis à 18:49 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :