La semaine des 4 jeudis

19.05.15

Hé oui, elle nous l'a fait son cirque!

20150516_215815

20150516_215835

20150516_215546

IMG_8448

IMG_8482

On était tous là,  en rang d'oignons, avec le trac.... la foule la lumière, la scène. Et si rien ne fonctionnait et si elle ratait ses enchaînements?

Maman était toute blanche, on voyait bien qu'elle se disait:"Oh, non, je ne l'ai pas mise au monde pour qu'elle finisse par se fracasser la tête par terre et demeure paralysée à jamais. Moi, je l'ai inscrite à la piscine, rien qu'à la piscine et au piano.... je n'ai jamais été d'accord avec l'unss gymnastique.... et ce grand  qui la porte, il ne me semble pas très épais, pourquoi n'en ont ils pas choisi un plus petit et plus large?....et son poignet et sa cheville... elle est fragile des chevilles...." On la sentait prête à se précipiter sur scène pour la rattraper.

Et puis non, jeu 10 a été aérienne, gracieuse et ovationnée. Surprenant, d'autant que dans la vie réelle, elle est plutôt dresseuse de fauves.

 

*Merci Emilie pour les 2 dernières photos

 

 

 

 #jeudi

Posté par les 4 jeudis à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


17.05.15

la gourmandise du dimanche #8

Macarons au cassis

Pour son anniversaire, il y a quelques semaines, Jedi a eu la chance de recevoir LE Faucon Millenium des pâtissiers (ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!! ):

 

20150426_192126~2

 

 

Avec ça, plus aucune mauvaise excuse pour louper un gâteau ou ne pas se lancer dans la confection de macarons, recette qui me paraîssait être un Everst pâtissier (sens de la mesure...)

J'ai potassé les conseils sur les blogs, regardé un tas de vidéos sur le macaronnage et finalement mes premiers essais se sont révélés concluants.  Je ne peux que conseiller aux débutants d'aller consulter mon blog bible (alias C'est ma fournée) pour obtenir des consignes très précises sur la confection des coques.

 

20150515_104822~3

 

Pour environ 30 macarons:

 

- 50 +50 gr de blancs d'oeufs (c'est environ 3 oeufs) vieillis (blancs et jaunes séparés depuis au moins 24h) et ramenés à température ambiante avant utilisation.

- 134 gr de poudre d'amandes bien fine

- 134 gr de sucre glace

- 134 gr de sucre en poudre

- 32 gr d'eau

 

Mélanger la poudre d'amandes et le sucre glace en tamisant éventuellement le mélange. Ajouter le colorant et 50 gr de blanc d'oeuf pour obtenir une pâte.

Dans une casserole, mettez l'eau à bouillir avec le sucre en poudre. Quand le mélange atteint 100°, commencez à battre les 50 gr de blancs d'oeufs restant. Lorsque le sirop atteint 118° versez-le sur les blancs d'oeufs montés en réduisant la vitesse du batteur et en prenant garde à éviter les fouets. Il faut maintenant battre le mélange jusqu'à refroidissement de la cuve, ce qui peut être long (et c'est là qu'on apprécie d'avoir un robot qui bosse tout seul!).
Ajouter une partie de cette meringue à la pâte d'amandes pour détendre le mélange puis mélangez le tout en macaronnant (un grand terme pour finalement un geste pas si technique que ça!).

Quand le mélange est bien homogène et fait un ruban c'est prêt! Garnissez-en une poche munie d'une douille n°8 ou 10 et dressez vos coques sur une plaque à tempéraure ambiante et recouverte d'un papier sulfurisé. Enfournez pour 14 à 15 minutes dans un four préchauffé à 145 degrès. (la cuisson est variable selon les fours, chacun la sienne!) Si vous avez bien travaillé, la fameuse colerette se forme après 6 minutes de cuisson environ. Il est important que la plaque sur laquelle vous dressez vos coques ne soit pas chaude: si vous avez plusieurs fournées à cuire il vous faudra deux plaques donc ou attendre que la plaque ait refroidi.
Quand les coques sont cuites, retirez la plaque du four et retirez la feuille de papier sulfurisé de la plaque. Laissez refroidir 5 minutes avant de détacher vos coques. Creusez l'intérieur en appuyant légèrement avec votre pouce pour laisser plus de place à la garniture de vos macarons.

 

Pour la ganache au cassis

(il m'en est resté environ 1/3 mais c'est très bon dans un yaourt nature!)

-180 gr de chocolat blanc. (En attendant de pouvoir tester la couverture Ivoire de chez Val***** j'ai utilisé le chocolat blanc pâtissier de Nes***)

-210 gr de coulis de cassis.

Faire fondre le chocolat blanc au bain marie. Y ajouter en plusieur fois le coulis de cassis préalablement chauffé. Mélanger à la maryse jusqu'à ce que le mélange soit lisse. Réserver dans une poche sans douille au frais pendant quelques heures avant de garnir généreusement vos macarons.

 

 

# Jedi

 

 

 

 

 

 

Posté par les 4 jeudis à 17:28 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15.05.15

FB_IMG_1431011952329

 

# Jedi

Posté par les 4 jeudis à 13:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

12.05.15

A cup of tea?

Si vous êtes du genre à boire votre thé le petit doigt en l'air dans une tasse fleurie plutôt que dans un mug, tout en persiflant avec vos amies, si vous pensez que toutes vos tantes s'appellent Jane*, Elizabeth*, Barbara*, Agatha*, Vita* ou Nancy*, si vous employez encore des mots comme "naguère", "s'ébaudir" ou "fifrelin" ce livre a des chances de vous plaire.

Dans ce roman, il y a tout ce qu'on adore chez les romancières anglaises, une ironie constante envers les personnages,  les stratégies du mariage auxquelles sont condamnées les femmes,  les bals, les robes et les garden parties, l'opposition des classes sociales, une bonne tasse de thé et le gazon.... le fameux gazon anglais!

Viola, jeune veuve, va retourner vivre chez ses beaux parents et ses belles soeurs qui sont loin d'être des boute en train. Son arrivée va perturber l'ordre immuable de la famille et, "Oh, my god!", les codes vont être bouleversés......

 " Aux Aigles, la famille s'était rassemblée au salon en cette heure morne où le thé est passé depuis longtemps sans que le dîner soit encore en vue. C'était une scène tranquille, qui aurait irrité un communiste. Cinq membres improductifs de la bourgeoisie étaient assis dans une pièce immense, où ils respiraient davantage d'air, se chauffaient à plus de feu et tiraient plus de plaisir et d'agrément des tableaux et des meubles qu'il n'était strictement nécessaire. Au sous-sol, dans la cuisine, trois membres de la classe laborieuse trimaient ignoblement pour leur préparer leur dîner, acheté avec les revenus d'un capital."

 

 Absolument délicieux

 

*Austen, Gaskell, Von Arnim, Pym, Christie, Sackville West et Mitford

 

 

 #jedi

 

11.05.15

Mme jeu 10 fait son cirque.....

 

 

Si vous voulez voir Mme jeu 10 faire son cirque, ne manquez pas......

 

Posté par les 4 jeudis à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,



10.05.15

Eternels moments.....

 

DSC07326

Difficile de rentrer....

 

#les jeudis

Posté par les 4 jeudis à 12:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

01.05.15

le tableau est un espace à émouvoir....

 

 

 

Musée D'Orsay: Pierre Bonnard, peindre l'Arcadie

 

 

DSC07272

 

 

C'est la lumière des tableaux dans cet espace sombre qui séduit, les couleurs vibrantes de l'été, les jaunes dorés, les rouges, les orangés,  les bleus turquoise, les violets.

 

DSC07276

 

Nous sommes comme un dimanche matin, avec la lumière qui transfigure la maison et les scènes intimes. Les corps parfaits d'un érotisme tranquille et familier sont surpris à la toilette, souvent par le biais d'un miroir qui fétichise le corps

 

DSC07301

 

 

DSC07282

 

 

DSC07281

 

 

 à table ou alanguis pendant la sieste.

 

DSC07284

 

 

DSC07287

 

 

DSC07291

 

"Tout a son moment de beauté" disait Pierre Bonnard. Il n'y a pas de mystère, le bonheur est au coeur du quotidien et de l'intime. Et pourtant on sent bien "qu'il ne s'agit pas" pour lui "de peindre la vie mais de rendre vivante la peinture",  de saisir l'instant et, l'émotion de l'instant.  Ce n'est donc pas vraiment le sujet qu'il peint mais l'essence du sujet, une sorte de sublimation idéale. Sa peinture est hors école et empreinte le traitement de la lumière aux impressionnistes, la violence de la couleur au fauvisme et, aux Nabis, dont il fit partie, cette technique un peu "japonisante" et cette volonté d'être un passeur du sensible, de faire sens, en communion avec une forme de spiritualité.

 

DSC07270

 

 

L'antiquité avait désigné une région idéale pour le bonheur champêtre, l'Arcadie, un lieu de l'âge d'or, de communion et de sérénité. C'est ce que nous transmet Bonnard, cependant, le terme même renvoie au célèbre tableau de Poussin: "Les bergers d'Arcadie" ou "Et in Arcadia ego" qui signifie que "Moi,( la mort), je suis (aussi) en Arcadie"

Alors on rebrousse chemin et les toiles ne sont plus si riantes. Par delà un hédonisme affiché, on remarque des compositions étranges où le personnage est tronqué

 

DSC07283

 

 

DSC07288

 

 

DSC07279

 

ou à peine discernable car fondu dans un décor un peu écrasant.

 

DSC07296

 

Le personnage n'est presque plus le sujet du tableau et quand il demeure, il semble "flotter" dans la toile. Il n'y a pas le garde fou du dessin et de la perspective qui rassure le regard sur ce qu'il voit, Bonnard "disperse ses plans comme pour reproduire tous les angles de la vision sur une même surface". La vivacité des couleurs contraste souvent avec l'ombre d'un visage comme pour souligner la part obscure et précaire de l'existence.

 

DSC07277

DSC07299

 

 

Ses autoportraits dans leur manque de complaisance montrent également ses propres fêlures et l'irruption d'une violence sourde.

 

 

 

 

Je pensais ne pas trop apprécier Bonnard, je suis ressortie de cette magnifique expo vraiment touchée par sa peinture.

 

 

#je dis

Posté par les 4 jeudis à 15:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

27.04.15

Le côté obscur de...la réforme du collège.

Aujourd'hui, un sujet qui me touche tout personnellement...et si vous êtes convaincus, deux liens vers des pétitions au bas de cet article. Merci d'avance.

 

15813_454605531359047_1487953018312684085_n

CA7tr7uWcAANcFx

J'enseigne depuis 6 ans dans un collège très rural, parmi les plus défavorisés du département.

Prévision d'effectifs des latinistes pour 2015-2016 : 75 élèves soit plus de 26% des élèves du collège et 35 % des 5e-4e-3e.
Les langues anciennes sont élitistes Mme Vallaud-Belkacem, vraiment ?

Notre ministre de l'Education Nationale réforme les enseignements au collège pour un « collège plus juste » à la rentrée 2016. Expliquer la réforme à des non initiés n'est pas facile, l'Education Nationale jargonne souvent à dessein. Je vais essayer d'être la plus claire possible.

Aujourd'hui, même dans la plupart les collèges difficiles et défavorisés, chaque élève a le choix de suivre l'option latin pendant 2h en 5e, 3h en 4e et 3e. Suivre cette option lui accorde des points bonus pour obtenir le Brevet.

La réforme prévoit la suppression de ces options et leur refondation sous forme d'EPI (enseignement pratique interdisciplinaire), enseignement que chaque élève pourra choisir de suivre puis d'arrêter puis de reprendre à chaque semestre, sans continuité et sans étude de la langue donc. L'esprit de ces EPI est plutôt celui de clubs tournés vers une réalisation concrète en « coanimation » (le terme est lancé) avec un professeur d'une autre discipline. Les heures prévues pour ces EPI seront retirées des heures auparavant destinées aux enseignements disciplinaires (Français, maths, histoire géo...). De plus, ce sera au chef d'établissement de décider quels EPI son établissement mettra en place.

Pour les élèves intéressés par l'étude de la langue, il existera un « enseignement complémentaire » créé suite à la première levée de boucliers quand le projet de réfrome est paru : 1h en 5e-4e et 3e. Le ministère a précisé que ces 3 heures seraient prises sur les heures d'aide destinées aux élèves en difficulté ( = "Les profs de lettres classiques prennent des heures aux élèves en difficulté pour maintenir leur enseignement élitiste.. ooooouh, comme ils sont vilains!").
Sous prétexte de justice entre les élèves, on nivelle vers le bas, empêchant ceux qui voudraient en savoir plus de le faire.

Encore une fois, notre ministère de tutelle part du principe que ses enseignants pensent à défendre leur part du gâteau plutôt que de penser à la formation de leurs élèves.

Chaque professeur de Lettres classiques le sait : pour garder ses élèves motivés par l'option, il a fallu nous réadapter, dépoussiérer l'image élitiste et passéiste que nos matières véhiculaient. Personnellement et sans estimer que je suis une enseignante hors du commun, je suis allée glâner des façons de faire du côté de mes collègues de langues vivantes et « mon » option ne s'est jamais si bien portée. Il est donc possible d'allier rigueur de la langue et enseignement dynamique, tourné vers le monde actuel.

Car la suppression de ces matières réputées rigoristes pose une question plus importante encore : qu'est-ce qu'enseigner ? Plus les réformes s'accumulent moins on demande aux enseignants d'apprendre l'exigence et la rigueur aux élèves sous prétexte qu'il faut s'adapter à cette génération zapping. Mais enseigner, n’est-ce pas d’abord et toujours avoir des exigences envers des jeunes qui seront les adultes de demain ? N’est-ce pas là le cœur du métier éducatif, ce qui fait sa valeur et sa difficulté aussi ? Avoir des exigences, comme un coach qui pousse son athlète à se dépasser? Ou bien sommes-nous en train de devenir, bon gré mal gré, des animateurs-jeunesse, garants de la paix sociale, sans exigences autres que le "bien vivre ensemble" ?

 

 

Le débat est lancé et fait réagir, pour plus d'informations je vous encourage à vous tourner vers la page ou le site http://arretetonchar.fr

Quelques liens intéressants aussi (parmi d'autres) :

Un résumé de la réforme : http://www.arretetonchar.fr/avant-apres/

Désintox d'ARTE : http://www.youtube.com/watch?v=phuv1FFCg_4

L'édito de L. Joffrin: http://www.liberation.fr/societe/2015/04/22/quo-vadis_1259694

Service public sur France Inter : http://www.franceinter.fr/emission-service-public-a-quoi-servent-le-latin-et-le-grec

 

Deux pétitions circulent

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Madame_la_Ministre_Latin_et_grec_ancien_pour_tous_les_eleves_dans_tous_les_etablissements/?mDZAljb

https://www.change.org/p/madame-la-ministre-de-l-%C3%A9ducation-nationale-de-l-enseignement-sup%C3%A9rieur-et-de-la-recherche-r%C3%A9forme-du-coll%C3%A8ge-non-%C3%A0-la-fin-des-langues-anciennes

 

# Jedi

CDPsqhwWgAAm4ZK

 

 

 

 

18.04.15

Plongée dans le noir....

 

Il semble qu'il existe une nouvelle "mode" dans le roman policier, ce n'est pas seulement l'intrigue qui suscite vraiment l'intérêt du livre mais le récit de la confrontation d'une petite société traditionnelle face aux enjeux économiques ou culturels de la globalisation.

Ce sont des romans qui nous font vraiment voyager dans tous les sens du terme et dont l'écriture par ses descriptions de la nature, des paysages et du climat (Ne comptez pas sur eux pour vous réchauffer!) est très évocatrice.

Je vous avais déjà conseillé "Yeruldelgger" de Ian Manook, hé bien, son deuxième livre est aussi réussi.

Malgré des personnages principaux un peu stéréotypés, l'intrigue est passionnante et nous donne une vision à la fois terrible et attachante de la Mongolie

+++

 Les deux romans d'Olivier Truc sont également très intéressants. Nous sommes en Laponie, pays divisé entre la Norvège, la suède, la Finlande et la Russie, mais habité par un même peuple, les samis. C'est une région où perdurent de fortes spécificités culturelles et une économie en plein essor grâce à ses métaux et son pétrole. Olivier Truc avec une objectivité surprenante va construire son récit sur ces spécificités.

Des enquètes sont menées par la police des rennes, qui régule les conflits entre les éleveurs de rennes et sert de médiateur entre cette activité traditionnelle et les nouvelles économies régionales, les mines dans "Le dernier lapon" et l'industrie pétrolière dans "Le détroit du loup"

Les personnages principaux, ici, ne sont pas vraiment stéréotypés, les personnages secondaires, très réalistes et, le récit prend souvent ses sources dans l'histoire et l'ethnologie tout en restant absolument impossible à lâcher.

+++

 

 Enfin, j'ai découvert avec plaisir Peter May et sa trilogie de Lewis, île la plus septentrionale des îles Hébrides. J'ai lu le premier tome "L'île des chasseurs d'oiseaux" qui m'a emballée.

A mon avis, ce polar est une vraie réussite. Son intrigue plonge autant dans l'histoire personnelle de l'inspecteur Fin Macleod que dans l'histoire de cette île désolée, aux abruptes falaises où se reproduisent des oiseaux nicheurs dont les petits sont un mets de choix, une île couverte de landes et de tourbe où se pratique encore le "sabbat chrétien" et se parle le gaélique. Magnifique roman d'atmosphère où chaque personnage a une réelle épaisseur, c'est un récit plus introspectif que ceux de Manook et Truc (encore qu'on pourrait y trouver des passerelles avec "Le détroit du loup") mais franchement aussi/plus passionnant.

 

#je dis

03.04.15

L'art de la fugue

 

 

 

Puisque je dis nous parle d'amours au pluriel, j'ai vu un joli film où, là aussi, l'amour, quelqu'il soit n'est jamais facile à reconnaître, ni facile à vivre ou à oublier.

L'art de la fugue comme en musique, est conçu comme une variation à plusieurs voix sur un thème. Ici, on a une famille où chacun fait comme il peut pour tenter d'être heureux et d'aimer. Ce n'est pas le film du siècle mais il laisse une impression de sincérité qui nous touche vraiment. Les acteurs sont excellents et le scénario très bien écrit mais, surtout, il est librement adapté de "L'art de la fugue" de Stephen Mc Cauley.

Stephen Mc Cauley comme Laurie Colwin ou Nick Hornby  font partie de ces auteurs qui écrivent avec grâce et légèreté.  Leurs personnages ont des existences ordinaires qui ne sont pas traversées par de grands drames, ils pourraient être heureux si.....si leurs petits grains de folie, leurs sentiments de n'être jamais à la bonne place, leur mélancolie ou leur humour ne le leur interdisaient. Alors, nous lisons leurs romans comme si nous étions leurs personnages, avec un sentiment de proximité qui nous les rend infiniment séduisants. Nous aussi, nous pourrions être heureux si......

Lisez s'ils vous ont échappé:

De Stephen McCauley

L'art de la fugue

L'objet de mon affection

La vérité ou presque

De Laurie Colwin

Comment se dire adieu

Famille tracas et compagnie

Une épouse presque parfaite

Accidents

Une vie merveilleuse

de Nick Hornby

A propos d'un gamin

Haute fidélité

Juliet, naked

De Angela Huth

L'invitation à la vie conjugale

 

 

 

#jeudi